Précédentes homélies

Joie et sens de l’humour :

14ème dimanche du temps ordinaire - 8 juillet 2018

Mc 6, 1-6

[audio http://www.paroissecompassion.fr/images/mp3/2018-0708-homelie.mp3]

Il paraît qu’il y a des Catholiques qui n’aiment pas le Pape actuel. Il paraît même que le Pape François plaît davantage aux non-Catholiques qu’aux Catholiques. Nul n’est prophète en son pays ? En l’occurrence c’est facile à comprendre : le Pape François est un Pape populaire alors que les milieux catholiques de nos pays le sont de moins en moins. Il suffit de voir le profil si homogène d’origine sociale et des hautes études des prêtres ordonnés fin juin à Paris. Cela devrait être un signal d’alarme un tel manque de diversité. ‘Vous êtes négatif, mon père !’. Négatif ou lucide ? Etre négatif, c’est être attiré par les ténèbres plus que par la lumière, et la diversité n’est pas ténèbres ! Etre négatif, c’est être attiré par le mal plus que par le bien. La négativité et la tristesse qu’elle entraîne sont la deuxième caractéristique du monde moderne selon le Pape François, dont je reprends au long de ce mois de juillet l’appel à la sainteté : après l’endurance, la patience et la douceur dimanche dernier, l’humour et la joie !

L’humour et la joie : les deux vont ensemble. Ordinairement, dit le Pape. Le sens de l’humour n’est autre que le sens de la joie à donner, pas une joie mauvaise qui se réjouit de ce qui est mal, pas une joie méchante qui se moque, mais la joie qui unit et rassemble, « qui se vit en communion, qui se partage et se distribue » (Gaudete et exsultate n. 128). La joie du bonheur.

Les Catholiques qui n’aiment pas le Pape lui reprochent son esprit d’ouverture. Ils lui reprochent de ne pas incarner sa fonction comme eux le voudraient quand lui cherche à poursuivre sa mission. Comme dans l’évangile de ce dimanche où ceux qui avaient connu Jésus avant, avant son baptême par Jean, n’acceptent pas sa ‘nouvelle’ mission.
C’est la question à poser à ceux qui dans l’Eglise n’aiment pas le Pape, qui dans leur Diocèse n’aiment pas leur Evêque, qui dans leur paroisse n’aiment pas leur Curé : votre critère est-il la dignité de la fonction ou la fécondité de la mission ?
Il est plus facile de voir l’une que l’autre ? Pourtant c’est l’autre qui compte : c’est sur l’apparence qu’on juge, et sur les fruits qu’on sera jugés. Ces fruits sont au nombre de trois : la joie, la paix et la lumière. Ils figurent depuis des siècles dans la Prière eucharistique de la Messe, le Canon romain, comme récompense de tous ceux qui entreront au Paradis : qu’ils entrent dans la joie, la paix et la lumière.

Cette entrée dans la vie divine exige que nous sortions de ce qui nous enferme, nous replie et nous divise. Elle exige un esprit d’ouverture qui est un des traits du Christ Jésus, y compris face aux murmures et aux critiques.
J’ai marié le mois dernier un couple très gentil, de cette gentillesse qui résiste aux difficultés dans ses deux formes que sont la tolérance et l’indulgence, la tolérance à l’égard des actes, l’indulgence à l’égard des personnes. Elle était plus tolérante qu’indulgente ; lui était plus indulgent que tolérant. Et vous ? Demandez-vous : êtes-vous plus tolérant qu’indulgent, ou plus indulgent que tolérant ? Ou ni l’un ni l’autre ? Autrement dit, sans aucun humour. Ne vous étonnez pas alors si les autres manquent d’indulgence à votre égard.

Joie et sens de l’humour. La question fondamentale est de savoir où nous trouvons notre joie. Est-ce que nous la trouvons en Dieu comme la Vierge Marie, qui exulte de joie en Dieu son Seigneur ? Ou est-ce que nous la cherchons en nous-mêmes ?

L’humour est une capacité à rire de la vie, du « caractère ridicule, insolite ou absurde de certains aspects de la réalité ou de soi-même » selon la définition du dictionnaire, à renoncer à trouver en soi quoi que ce soit de parfait. C’est très rassurant pour les autres quand on ne joue pas à l’homme parfait ou à la femme parfaite ! Il y a ceci de remarquable chez Jésus qu’il n’a pas joué à l’homme parfait, alors qu’il l’était. C’est la raison pour laquelle on ne rit guère dans l’évangile : pas de défauts de sa part à assumer, pas d’imperfections à reconnaître ou désamorcer. C’est la raison pour laquelle on devrait rire davantage dans l’Eglise, apprendre à dédramatiser, à « mettre nos fiertés dans nos faiblesses » comme dit saint Paul dans la 2ème lecture. Vous savez par exemple le soin que j’apporte à la préparation des célébrations. Parfois ça déraille : un raté, un oubli, une bévue, un lecteur qui avale le texte, des inconscients qui papotent, des parents fascinés par les cris de leur enfant, et à l’instant où je commence intérieurement à criser, l’Esprit Saint me dit : ‘Respire ! tu crois que je suis parti ?’.

Je voudrais vous livrer deux éclairages sur cet évangile où Jésus rentre chez lui, dans son propre pays, sa communauté d’origine, « et les siens ne l’ont pas accueilli ». M’est revenue à l’esprit la formule de Jean Vanier : ‘la communauté, lieu du pardon et de la fête’. Cette scène en est le parfait négatif. Ils font exactement le contraire : ils ne lui pardonnent pas d’être différent, et ils sont incapables de se réjouir des miracles réalisés. La communauté, lieu du pardon et de la fête : toute famille doit vivre de ces deux poumons que sont le pardon et la fête, dont la messe est la synthèse, la réconciliation fêtée chaque dimanche ! Réconciliation et Résurrection, les deux R de famille.

Le pays de Jésus, la Galilée était un pays florissant, même si les terres étaient trustées par quelques familles. Un pays de riches où Jésus revient en pauvre, le charpentier devenu rabbi. Il vient comme un pauvre chez des riches, et je me rappelais l’inverse, la visite d’un riche chez les pauvres, le Pape Benoît XVI au Bénin en 2011. Du ‘berceau de l’humanité’ qu’est l’Afrique, il était alors revenu ébranlé, avouant que cela avait été pour lui « l’impression ‘prépondérante’ : voir plus de joie, plus d’allégresse, dans un pays souffrant que dans les pays riches. Malgré la pauvreté et toutes les grandes souffrances, malgré tous les problèmes, il y a une joie de vivre, une joie d’être une créature humaine. Il y a une conscience originelle que Dieu est bon et qu’il m’aime. (…) Dans les pays riches la joie est souvent absente. Nous sommes tous tellement occupés avec tant de problèmes : comment faire ceci, comment garder cela, acheter encore… Et avec la quantité de choses que nous possédons, nous sommes toujours plus éloignés de nous-mêmes et de cette expérience originelle que Dieu est un Dieu qui m’est proche ».

On a beaucoup commenté l’écharde dont saint Paul parle dans la 2ème lecture, l’écharde qu’il avait reçue dans sa chair, « un envoyé de Satan qui est là pour me gifler, pour m’empêcher de me surestimer ». On a tout prétendu. L’explication la plus plausible est la plus simple, qui est la plus grande entrave à l’humour : la susceptibilité, source de tant de colères et d’ingratitudes, à l’image ici des voisins de Jésus.

Susceptibilité. Manque d’humour. Négativité. Tristesse. Le remède est l’amour de Dieu et l’écoute de sa Parole : « Demeurez dans mon amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite » (Jn 15, 9.11).

Et vous, où trouvez-vous votre joie ?

Père Christian Lancrey-Javal, curé

Vous avez la possibilité de recevoir les homélies du Père Lancrey-Javal en remplissant ce formulaire