Précédentes homélies

Un murmure de tendresse :

Messe du Jour de Noël - 25 décembre 2016

Jn 1, 1-18

Où est l’Esprit Saint dans la crèche ?

On pourrait poser la même question du Prologue de saint Jean qu’on vient d’entendre, qui parle magnifiquement des liens du Père et du Fils : « Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître ». Il parle du Père et du Fils mais pas de l’Esprit ? Contentons-nous de la crèche qui est sous nos yeux : où est l’Esprit Saint ?

On voit bien le Fils, Jésus, Emmanuel, Dieu avec nous, Dieu parmi nous. On devine l’action du Père dont il est l’envoyé. On lui attribue naturellement, au Père, la Création, dont le bœuf et l’âne sont de bons garants, mais aussi l’univers visible et invisible, et ce sont les anges, ces créatures spirituelles dont le Christ dit qu’ils voient sans cesse la face de son Père qui est aux cieux.

Mais l’Esprit Saint ?

D’abord, pourquoi est-ce important ?

Nous avons affaire aujourd’hui à de plus en plus de ‘spirituels’, disciples ou adeptes de ‘puissances supérieures’, au pluriel ou au singulier, autour desquelles règne le plus grand flou, qui se disent croyants et invoquent toutes sortes d’énergies, qu’ils sont bien en peine d’identifier. Ce sont notamment les radiesthésistes, magnétiseurs ou voyants qui se multiplient sur internet, dont les services sont rémunérés, ce qui devrait être un signal d’alerte. Le danger, qui est très grand, est qu’ils agissent non seulement par intérêt mais pour le compte d’esprits mauvais, voire du Diable, qu’ils en soient conscients ou non, et qu’ils le fassent entrer même malgré eux dans votre vie.
Il est important que les personnes que nous rencontrons, avec qui nous vivons, échangeons et partageons les moments forts de nos vies, puissent dire précisément en qui ils croient : Dieu ne peut pas être ‘vaguement’ présent. Soit ça vient de Dieu, soit ça ne vient pas de lui. D’où la question que Jésus posa un jour à des notables qui voulaient savoir par quelle autorité il agissait : « À mon tour, je vais vous poser une question, une seule ; et si vous me répondez, je vous dirai, moi aussi, par quelle autorité je fais cela : Le baptême de Jean, d’où venait-il ? du ciel ou des hommes ? » (Mt 21, 24-25).

Chacun de nous devra tôt ou tard se prononcer. Et vérifier la cohérence de sa vie avec sa foi.

Alors, l’Esprit Saint, où est-il dans la crèche ?

Est-ce qu’il est représenté par un ange ? Ce qui nous donnerait le droit de le penser, est le fait que, dans le Canon romain, la prière eucharistique n°1, l’Esprit Saint, bizarrement, n’est pas nommé, et une partie de la Tradition a estimé que, dans la phrase après la consécration : « que (cette offrande) soit portée par ton ange en présence de ta gloire sur ton autel céleste » - l’ange désignerait l’Esprit Saint.
L’hypothèse est plaisante mais nous devons la rejeter : les anges ne sont pas l’Esprit saint et quand l’ange Gabriel a annoncé à Marie que l’Esprit saint la prendrait sous son ombre, il ne parlait pas de lui-même. Les anges sont des esprits, et les esprits ne sont pas l’unique Esprit, l’Esprit Saint du Père et du Fils.

Où donc est l’Esprit Saint dans la crèche ?

Le même Canon romain nous donne la réponse, lorsque, juste après avoir supplié Dieu que notre offrande soit portée par son ange en présence de sa gloire, nous prions pour les Défunts, pour demander qu’ils aient part à la Résurrection : « pour tous ceux qui reposent dans le Christ, nous implorons ta bonté : qu’ils entrent dans la joie, la paix et la lumière ».

Autrement dit que l’Esprit Saint les Ressuscite, comme il a ressuscité Jésus, et les fasse entrer dans la vie divine, lui qui est la Joie, la Paix et la Lumière.

Voilà la présence de l’Esprit Saint dans la crèche, comme dans notre vie.

L’Esprit Saint est la joie, et l’authenticité de Noël est dans la joie, la joie de la venue d’un enfant, évidemment de l’Enfant Jésus. Dans une de ses catéchèses, le Pape Benoît XVI avait montré que dans l’évangile de saint Luc, Joie et Esprit Saint sont synonymes. Quand Jésus exulte de joie sous l’action de l’Esprit saint, quand Marie chante son Magnificat, quand les paraboles de la miséricorde disent la joie au Ciel pour un seul pécheur qui se convertit, impossible de séparer l’un de l’autre : la Joie de l’évangile, c’est l’Esprit de l’évangile.

L’Esprit Saint est la paix, et la semaine de Noël aboutit au 1er Janvier à la Journée mondiale de la Paix, où nous célébrons Marie Mère de Dieu, qui a donné naissance au Prince de la Paix : à tous ceux qui l’ont reçu, le Christ donne de pouvoir devenir enfants de Dieu. Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu. Je vous en supplie : ne vous disputez pas en ce jour de Noël. N’y cédez pas plus les autres jours, mais aujourd’hui, « ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; ayez à cœur de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix » (Ep 4, 2-3).

La Joie, la Paix et la Lumière : « Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde ». Voici désormais le nom de tous ceux qui croient en lui : les fils de la lumière. Le Père Cantalamessa, qui a consacré ses prédications de l’Avent à l’Esprit Saint, disait que « pour parler de l’Esprit Saint nous n’avons rien sinon la révélation et l’expérience. Les Ecritures elles-mêmes se servent de symboles naturels : la lumière, le feu, le vent, l’eau, le parfum, la colombe. Nous ne saurons vraiment qui est l’Esprit Saint qu’au paradis. Nous le vivrons dans une vie qui n’aura pas de fin, dans un approfondissement qui nous donnera une joie immense. Ce sera comme un feu très doux qui inondera notre âme et la comblera de béatitude, comme lorsque l’amour touche le cœur d’une personne et celle-ci se sent heureuse ».

Mes amis, c’est la grâce de Noël ! Laissez l’amour de Dieu toucher votre cœur. Vous sentez ou percevez dans la crèche ce murmure d’une brise légère ? Ce n’est pas Marie ou Joseph qui fredonne à l’enfant : c’est l’Esprit saint, l’Esprit de Dieu, comme un murmure de tendresse, plein d’amour et de délicatesse pour chacun de nous.

L’Esprit saint n’est pas seulement celui qui nous fait dire que Jésus est Seigneur ; il est celui qui nous dit que Dieu nous aime et veut notre bonheur.

Père Christian Lancrey-Javal, curé

Vous avez la possibilité de recevoir les homélies du Père Lancrey-Javal en remplissant ce formulaire